Septième continent, microparticules de plastique, pollution des sols… Selon les chiffres de l’Unesco, chaque année, ce sont plus d’un million d’oiseaux marins et plus de 10 000 mammifères marins qui meurent à cause des déchets plastiques. Le septième continent grandit chaque année et, en l’absence de mesures adéquates, d’ici à 2050 il y aura plus de plastique que de poissons dans l’océan. Mais cette échéance n’est pas une fatalité si nous agissons tous.

Si nombre d’entre nous estiment que les grosses industries sont les principales responsables de la pollution plastique, il faut savoir que c’est en achetant leurs produits (bouteilles en plastique, brosses à dent en plastique, pailles en plastique, protections hygiéniques jetables etc) que nous soutenons la fabrication et le commerce de ces produits dévastateurs. Bien qu’ils puissent paraître insignifiants, les déchets issus de chaque maison contribuent pleinement à l’agrandissement du septième continent. Si nous souhaitons préserver notre environnement, il est grand temps de nous engager dans une démarche écologique en optant pour le zéro déchet.

 

Notre poubelle : un grand danger pour l’environnement

Il y a quelques décennies, jeter les déchets de notre maison dans des endroits prévus à cet effet (bennes à ordures, etc.) était amplement suffisant pour participer à la protection de l’environnement. Aujourd’hui, nous vivons dans l’ère du plastique, et jeter nos déchets à la poubelle il ne nous permet plus de préserver efficacement notre planète et sa biodiversité.

Pour agir efficacement en faveur de l’environnement, il est devenu indispensable d’opérer des changements drastiques au niveau de notre consommation, afin de réduire significativement les déchets entraînés par nos activités quotidiennes.

En France, chaque habitant jette chaque année 390 kg de déchets. Dans le cas d’une maison abritant trois adultes, ces derniers peuvent atteindre aisément 1 tonne, ce qui représente une quantité extrêmement élevée de rejets polluants et un grand danger pour notre environnement.

Il est important de noter que vos poubelles ne disparaissent pas. Une fois que vous l’aurez déposé dans une benne à ordures, votre sac poubelle est tout d’abord envoyé dans un centre de tri, puis vers un incinérateur ou une zone spécialement aménagée pour l’enfouissement.

Bien que l’incinération soit une excellente solution pour détruire des déchets tels que les produits en plastique, elle ne permet pas d’éliminer totalement les impacts de ceux-ci sur l’environnement. Ce processus entraîne la formation de cendre (environ 200 kg pour 1 tonne de déchets) chargée de métaux lourds et d’autres matières polluantes, qui va être envoyée en direction des stations d’épuration ou des nappes phréatiques.

Concernant l’enfouissement, le gaz dégagé par la décomposition des matières organiques est composé en grande partie de méthane et participe donc au réchauffement climatique.

Les déchets cachés : des éléments non pris en considération par les ménages

L’impact environnemental des produits que nous utilisons dans notre maison ne peut être évalué en prenant uniquement en compte les matières avec lesquelles ils ont été conçus. Il est également nécessaire de mesurer les rejets polluants entraînés aussi bien par leur production que leur transport.

En d’autres termes, si vous jetez des produits tels qu’une cuillère en plastique ou un briquet en plastique, vous envoyez dans votre poubelle des objets polluants de quelques grammes, mais également des déchets dits « cachés » de quelques kilogrammes, ce qui peut augmenter considérablement l’empreinte environnementale de votre maison.

Les déchets cachés d’une brosse à dents en plastique de 30 g peuvent atteindre 1,5 kg et ceux d’un ordinateur (bureau ou portable), 1,5 tonne.

Dans l’optique de protéger efficacement notre planète et créer un environnement favorisant l’épanouissement des générations futures, nous avons donc l’obligation d’entamer une démarche zéro déchet dès aujourd’hui. Certes, il nous est impossible de nous passer complètement de notre poubelle ; cependant, nous pouvons réduire significativement la fréquence de vidage de celle-ci en adoptant de bonnes habitudes de consommation.

Quelques habitudes à adopter pour une démarche zéro déchet

Dans un premier temps, il faut savoir que l’augmentation de nos rejets est souvent due à une surconsommation. Pour protéger notre planète et nous engager dans une démarche zéro déchet, nous devons tout d’abord évaluer nos besoins avec plus de précision et investir essentiellement dans les produits réellement nécessaires à notre quotidien.

Hormis la surconsommation, je vous conseille de privilégier les produits bio, frais, de saison et d’opter uniquement pour des sacs biodégradables, réutilisables et lavables, lors de vos courses.

Pour l’entretien de vos appareils sanitaires et de vos mobiliers, je recommande l’utilisation de substances naturelles et non biocides telles que le savon noir, le bicarbonate de soude ou le vinaigre.

Par ailleurs, lors de l’achat des équipements destinés à votre salle de bain, l’idéal serait d’opter pour des savons, des shampoings, des dentifrices et des déodorants solides. Dans le but de réduire davantage la quantité de déchets issus de votre maison, je vous conseille d’investir dans des oriculis, plutôt que dans des cotons-tiges classiques, et de toujours choisir des produits réutilisables tels que des lingettes lavables, des brosses à dent recyclable, des serviettes hygiéniques lavables ou des mouchoirs en tissu.

Durant vos journées de travail ou lors de vos déplacements, prévoyez des couverts en inox pour éviter de vous faire servir vos plats sur des assiettes en plastique. Dans le cas où vous souhaitez consommer uniquement des repas que vous avez préparés chez vous, le mieux est d’opter pour une lunch-box ou, tout simplement, une boîte en verre. Dans la mesure du possible, bannissez les objets en plastique de votre maison et donc de votre poubelle.